Durée de la période de transition pour un changement de carrière dans une assurance indemnité journalière de maladie

Je désire une offre d'assurance maladie collective sans engagement de ma part

  • Format de date :JJ . MM . AAAA
  • Ce champ n’est utilisé qu’à des fins de validation et devrait rester inchangé.

Dans cette décision du 29 juillet 2019, la Cour suprême fédérale avait déposé une plainte en matière d’assurance liée à une SGA évaluées dans le cadre d’une assurance collective de maladie quotidienne. Elle était toujours contestée par les parties devant la Cour suprême fédérale, qui devait bénéficier de la période de transition pour que le salarié puisse bénéficier des services de son employeur. La Cour suprême fédérale a confirmé l’applicabilité de l’article 21, paragraphe 4 LPGA développé dans le domaine de l’assurance indemnité journalière SGA et la pertinence d’une période de transition de 3,5 et 4 mois, respectivement, pour occuper un emploi mieux adapté à la souffrance résultant d’un changement de carrière. La période de transition ne concerne pas seulement le recyclage, mais plus généralement l’adaptation et la recherche d’emploi.

La décision était la suivante réalités basé sur:

L’employé était collectivement assuré pour les indemnités journalières de maladie par l’intermédiaire de son employeur avec le requérant depuis le 13 février 2014. Le 26 octobre 2014, l’employeur a signalé une incapacité de travail de 100% du salarié. Le 21 mai 2015, l’employeur a mis fin à la relation de travail avec l’employé. Le 10 novembre 2015, la défenderesse a informé la requérante qu’elle cesserait ses services le 1er janvier 2016 (environ un mois et demi).

Le 16 décembre 2015, la défenderesse a établi un décompte final des indemnités journalières d’incapacité de travail jusqu’au 100 décembre jusqu’au 31 décembre 2015. En conséquence, la compagnie d’assurance a continué à mettre fin aux indemnités journalières au 31 décembre 2015.

Environ un an plus tard, l’employé a engagé une action en justice contre l’assurance auprès du tribunal des assurances sociales du canton de Zurich, demandant que les fonds de maladie soient versés au-delà du 31 décembre 2015 pour la période du 1er janvier au 29 février 2016 pour incapacité de travail. de 100% et à partir du 1er mars 2016, un de 40%.

la Cour sociale Sécurité La poursuite était en partie bonne et obligeait l’assurance à verser au travailleur des prestations de maladie correspondant à une incapacité de travail de 100% jusqu’au 29 février 2016 pour une période transitoire. Il a noté que, selon l’évaluation de la compagnie d’assurance, il n’existait plus la capacité de travailler dans l’activité établie du travailleur, alors que le plein emploi était possible dans une activité adaptée aux handicaps physiques. Ainsi, l’incapacité de travail sur la base de l’indemnité journalière a pris fin lorsque l’employé était censé occuper un emploi approprié. Selon l’article 10, par. 3 lit. a des Conditions générales pour l’assurance maladie collective (édition 2008) de l’assurance (« AB« ), La personne assurée doit, pour limiter la perte, ajuster son activité antérieure ou exercer une autre activité raisonnable pour laquelle elle est sollicitée en fixant un délai raisonnable (E. 3.1). Selon la jurisprudence de la Cour de la sécurité sociale, les personnes visées à l’article 21, paragraphe 4 LPGA développé dans le domaine de l’assurance indemnité journalière SGA applicable. Pour que la question soit évaluée – la période considérée comme appropriée pour un changement d’activité (réduisant le risque) – pourrait également être appliquée à la pratique relative à l’article 6, phrase 2 LPGA recours à essentiellement la même question: si l’assuré est censé occuper un travail mieux adapté à ses souffrances par le biais d’un changement d’activité, il a droit à une période de transition de 3 à 5 mois (…) ou « généralement » de 4 mois ( …)

Le tribunal de la sécurité sociale a rejeté l’opinion de la compagnie d’assurance selon laquelle la période de transition pourrait être dépassée car l’employé avait des allocations de chômage (E. 3.1).

L’assurance a porté plainte contre cette décision Cour fédérale, Contre la décision du tribunal inférieur, elle a appliqué que l’employé n’a pas besoin de recyclage, puisqu’il l’avait déjà terminé en septembre 2011 avec de très bons résultats. Il n’y avait pas non plus d’emploi à dissoudre, ce qui justifie la période de transition. Au contraire, il aurait incombé au salarié, dans le cadre de son devoir de limiter les pertes en vertu de l’article 61 (1) SGA (spécifié à l’art. 10 (3) lit. b). AB) d’enregistrer ses demandes auprès de l’assurance chômage – l’organe de sécurité sociale compétent.

La Cour fédérale a estimé que l’appréciation de la période de transition pour un changement d’occupation était une décision discrétionnaire, que la Cour fédérale en principe pouvait librement examiner, en n’intervenant que dans des cas exceptionnels (E. 3.3.1). Elle confirma les arguments de la juridiction inférieure et rejeta la plainte de l’assurance:

Parallèlement à l’avertissement de changer de profession, l’assuré doit bénéficier d’une période de transition raisonnable lui permettant de s’adapter et de trouver un nouvel emploi. Comme le juge à juste titre la juridiction inférieure, la jurisprudence en matière d’assurances sociales a fixé à cet égard une période de trois à cinq mois, qui s’applique également dans le contexte de l’assurance indemnité journalière (…). (E. 3.3.2)

La période de transition à accorder ne concerne pas seulement le recyclage, mais plus généralement l’adaptation et la recherche d’emploi (…). Aux fins de la période de transition, il s’ensuit qu’au cours de cette période, des indemnités journalières continuent d’être versées en raison de l’impossibilité de travailler dans l’occupation établie (…). (E. 3.3.3)

En ce qui concerne la demande de la compagnie d’assurance selon laquelle l’employé aurait dû s’inscrire au régime d’assurance chômage, le Tribunal fédéral a estimé qu’en vertu de l’article 28 (2) LACI Même les indemnités de maladie privées sont déduites des indemnités de chômage, de sorte que la plainte tourne mal. En tout état de cause, la période transitoire de 3 à 5 mois qui peut être accordée ne peut être abandonnée avec l’argument selon lequel la compagnie d’assurance aurait pu affecter le travailleur à l’assurance-chômage. En tout état de cause, l’assurance n’a pas prétendu que l’employé avait torpillé le changement d’occupation ou la réalisation d’un revenu professionnel (E 3.3.4).