65% moins de hareng: la pêche en mer Baltique doit être radicalement réduite

65% moins de hareng: la pêche en mer Baltique doit être radicalement réduite

Je désire une offre d'assurance maladie collective sans engagement de ma part

  • Format de date :JJ . MM . AAAA
  • Ce champ n’est utilisé qu’à des fins de validation et devrait rester inchangé.

Les pêcheurs allemands de la Baltique devront s’adapter à des restrictions importantes au cours de la prochaine année. Les captures autorisées de hareng et de cabillaud dans la Baltique occidentale seront considérablement réduites, comme on le savait après la réunion des ministres de la pêche de l’Union européenne, mardi soir à Luxembourg. Pour les pêcheurs à la ligne récréatifs, les conditions seront plus strictes. Les écologistes, cependant, ne vont pas assez loin.

Dans le hareng d’Ouest, qui est important pour l’Allemagne, les ministres ont convenu de réduire de 65% les captures autorisées. La morue de l’Ouest est moins 60 pour cent. Dans l’est de la Baltique, le cabillaud ne peut être pêché qu’en petites quantités, en tant que prises accessoires. Les pêcheurs sportifs de Dorsch doivent également se limiter: à l’avenir, ils ne seront autorisés à en tirer que cinq ou sept au lieu de sept par jour. En février et mars, il ne devrait être que deux.

Chaque année, les ministres de la pêche de l’UE mettent en place le soi-disant total admissible des captures fixe. La Commission européenne formule des propositions sur la base de recommandations scientifiques qui examinent l’état des stocks individuels. Un stock est une espèce de poisson dans une zone donnée. Les captures totales sont ensuite réparties entre les pays de l’UE sous forme de quotas nationaux. Si le quota autorisé dans un quota est épuisé, le pays concerné peut temporairement cesser d’y pêcher. L’objectif fondamental des négociations est de trouver un équilibre entre la protection des stocks et les intérêts et les besoins du secteur de la pêche.

Les écologistes sont déçus

Ces décisions avaient été difficiles mais nécessaires, a déclaré le commissaire européen en charge de la Pêche, Karmenu Vella, à la suite de l’accord. « De nombreux stocks de poissons baltes et Les écosystèmes sont dans un état alarmant »Il existe des préoccupations pour l’environnement, mais aussi pour les communautés situées sur la mer Baltique, qui dépendent de ces écosystèmes pour leur subsistance.

« Il y aura de graves conséquences économiques à court terme pour certains pêcheurs », a poursuivi Vella. La Commission examinera donc les possibilités d’assistance. Pour la première fois, les États baltes ont également fait une déclaration écrite pour s’attaquer aux autres causes du mauvais état des stocks de cabillaud, a-t-il déclaré. Ceux-ci comprenaient, par exemple, la salissure et Dégradation de l’habitat par l’industrie et l’agriculture.

Les écologistes ont réagi en grande partie déçus. Pour la morue de l’est de la mer Baltique, une interdiction totale de la pêche est nécessaire pour sauver le stock décimé, a déclaré l’organisation de protection de la mer, Oceana. Pour le hareng occidental, une interdiction de la pêche doit également être imposée afin d’éviter des conséquences graves. Les réductions dans le cabillaud occidental sont toutefois les bienvenues, a déclaré Pascale Moehrle, directrice européenne chez Oceana.

Klöckner refuse une réduction plus forte

L’Allemagne s’était précédemment opposée à une réduction excessive des quotas de pêche. « Compte tenu de l’impact socio-économique d’une réduction aussi drastique, nous proposons (…) une réduction des captures inférieure à celle de 71% proposée par la Commission », a déclaré la ministre fédérale de l’Agriculture, Julia Klöckner, à la veille des négociations sur le hareng dans la Baltique occidentale. ,

Klöckner a également estimé que la quantité maximale de deux copies par jour proposée par la Commission européenne pour la pêche de cabillaud à des fins récréatives était inacceptable. « Cela pourrait équivaloir à une fermeture du tourisme de pêche sur la côte allemande de la mer Baltique. » Ainsi, le politicien de la CDU peut désormais réserver le programme au moins en partie comme une réussite. En outre, les ministres ont fixé les captures maximales pour le saumon, la plie et le sprat. Pour la pêche au saumon, il n’y a donc que des changements mineurs. Pour la plie, le taux diminue de 32%, contre 22% pour Sprotte. (dpa, Alkimos Sartoros)