Bruxelles menace de représailles: fromage, vin, huile d’olive – tarifs douaniers punitifs imposés par les États-Unis sur les importations en provenance de l’UE en vigueur – économie

Bruxelles menace de représailles: fromage, vin, huile d’olive – tarifs douaniers punitifs imposés par les États-Unis sur les importations en provenance de l’UE en vigueur – économie

Je désire une offre d'assurance maladie collective sans engagement de ma part

  • Format de date :JJ . MM . AAAA
  • Ce champ n’est utilisé qu’à des fins de validation et devrait rester inchangé.

Les Etats-Unis ont vendredi Droits de douane punitifs de 25% sur de nombreux produits de l’Europe. Par exemple, les vins d’Allemagne et de France, le parmesan d’Italie, l’huile d’olive d’Espagne et le beurre d’Irlande sont concernés. Lors de l’importation d’aéronefs, un supplément de 10% est dû.

Les droits de douane punitifs rendront l’importation de produits européens aux États-Unis plus onéreuse. Si les consommateurs y recherchent des alternatives moins chères, les exportations de l’UE pourraient chuter.

Les États-Unis avaient annoncé ces tarifs début octobre en guise de représailles pour les subventions illégales accordées par l’UE au constructeur aéronautique Airbus. Les arbitres de l’Organisation mondiale du commerce (OMC) ont accordé au gouvernement américain le droit d’imposer des droits de douane punitifs pouvant aller jusqu’à 100% sur des marchandises d’une valeur de 7,5 milliards de dollars.

Jusqu’à récemment, l’Union européenne s’était engagée dans le différend concernant des sanctions pour les constructeurs aéronautiques Solution par négociation, Bruxelles menace maintenant de représaillesparce que l’UE suivait un processus similaire aux subventions accordées à la compagnie d’aviation américaine Boeing.

Les prix du parmesan montrent l’impact des tarifs punitifs

L’UE pourrait donc imposer des tarifs similaires au cours de la prochaine année, mais la décision de l’OMC ne sera prise qu’en 2020.

Le parmesan italien est un bon indicateur de l’impact des récents tarifs punitifs. Au lieu de 2,15 dollars par kilo de parmesan, qui doit maintenant être payé 6 dollars, le consortium de parmesans prévoit. Les Américains ne devraient alors plus payer environ 40 dollars par kilo, mais 45 dollars. Les États-Unis constituent le deuxième marché d’exportation du Parmesan après la France.

Le commerce entre l’UE et les États-Unis, y compris les services, s’est élevé à 1 300 milliards de dollars américains, selon les données américaines pour 2018. Pour les États-Unis, les pays de l’UE constituent ensemble le marché d’exportation le plus important.

Cependant, malgré l’importance des relations commerciales communes, de nouveaux troubles menaçaient à la mi-novembre: le gouvernement des États-Unis veut alors décider de l’instauration de droits de douane punitifs sur les importations de voitures en provenance de l’UE. Si cela se produisait, l’UE imposerait probablement aussi des droits de douane. Ainsi, une escalade massive du conflit commercial entre les deux principales économies serait probablement inévitable.

L’année dernière, les États-Unis ont mis en place des droits de douane spéciaux sur les importations d’acier et d’aluminium en provenance de l’UE. En conséquence, Bruxelles a imposé des taxes à l’importation sur les produits américains à peu près au même niveau. (AP)